Normes bibliographiques de l'APA – 7e édition
Adaptation française

ACCUEIL PRÉSENTATION RENVOIS DANS LE TEXTE LISTE DE RÉFÉRENCES FORMAT DES NOTICES - Règles générales - Articles de périodiques - Monographies - Textes dans des ouvrages collectifs - Communications à des congrès ou colloques - Thèses et mémoires - Rapports - Documents Web

Licence Creative Commons

Le site Une adaptation française des normes bibliographiques de l'APA,

de Marc Couture,

est mis à disposition
selon les termes de la licence Creative Commons Attribution -
Pas d'Utilisation Commerciale 4.0
.

Ce site s'inspire du site de Paul Thirion, de l'Université de Liège : http://doclib.ulg.ac.be/apa

Liste des références

1. Principes

La liste des références d'un document (section Références, parfois nommée de manière discutable Bibliographie) a pour but de permettre au lecteur de repérer et, idéalement, d'obtenir facilement tous les documents originaux cités dans le texte et sur lesquels s'appuie celui-ci. Il faut donc y placer :

–  tous les documents cités explicitement dans le texte (avec ou sans extrait);

–  mais uniquement ceux-ci.

Bien souvent, l'auteur a lu beaucoup plus de documents sur le sujet que ce qu'il cite effectivement dans le texte. Aussi est-il tenté d'ajouter ces références.

Mais, selon les normes de l'APA, cela est interdit.

Si l'on souhaite faire bénéficier le lecteur de ces références intéressantes sur le sujet, rien n'interdit d'ajouter une seconde liste, appelée par exemple Bibliographie ou Compléments bibliographiques, reprenant ces autres références.

Cette seconde liste devra être clairement distincte de la liste des références proprement dite.

Par ailleurs, il est important de citer uniquement des document que l'on a consultés. C'est une question d'éthique, notamment parce que c'est la seule façon de vérifier ce qu'affirme ou démontre réellement les auteurs que l'on cite. De plus, citer un document dont on ne possède que la référence peut perpétuer les éventuelles erreurs que celle-ci pouvait contenir.

On ne cite donc que des documents qu'on a effectivement lus, sauf lorsqu'on cite de manière indirecte un document lui-même cité (souvent avec reproduction d'un extrait) dans un document qu'on a lu. Mais il faut garder à l'esprit que cette pratique présente des dangers : tout le monde connaît l'expression « citer hors contexte ».

Attention!

Il existe une autre exception à cette règle de n'inclure dans la liste de références que les documents cités dans le texte et que l'on a lus : on peut citer les références incluses dans des méta-analyses dans la liste des références en les faisant précéder du symbole « * ».

En début de liste, on ajoutera une explication comme par exemple : « Les références précédées d'un astérisque désignent des études répertoriées dans des méta-analyses ». Ces méta-analyses seront, elles, dûment citées.

2. Règles générales

Une fois établie la liste des documents pouvant légitimement être cités, et donc des notices à inclure dans la liste de références, il reste à déterminer de quelle façon disposer et formater celles-ci afin de permettre au lecteur de faire rapidement, avec le moins de risques d'erreurs, le lien entre les renvois dans le texte et les notices correspondantes. Voici quelques règles à cette fin.

–  La liste des références se place à la fin du texte.

–  Les notices sont séparées par un espace simple.

–  Les notices comportent un retrait gauche, sauf à la première ligne, qui commence à la marge.

–  L'orthographe (nom des auteurs ou début du titre, dans certains cas) est identique à celle des renvois dans le texte.

–  Les zones (ou champs) d'une notice (auteur, date, titre et source) sont séparées par des points.

–  Les abréviations, sigles et acronymes sont systématiquement évitées, à quelques exceptions près (comme par exemple « dir. »,   « trad. »,   « s.d. », « chap. »,   « vol. »,   « nº »).

–  Les notices sont placées dans l'ordre suivant.

•  elles sont d'abord classées en ordre alphabétique strict des auteurs (sans tenir compte du « et »), c.-à-d. par nom de famille du premier auteur, puis initiales; pour un même premier auteur, on fait de même pour le second, et ainsi de suite;

•  si quelques documents ont exactement les mêmes auteurs dans le même ordre, les notices sont classées en ordre chronologique ascendant, avec les documents sans date en premier et les documents sous presse en dernier;

•  si quelques documents ont les mêmes auteurs et la même date, les notices sont classés en ordre alphabétique des débuts de titre (en faisant abstraction de l'article initial); on ajoute la lettre a, b, c... après la date (dans les renvois également).

•  l'ordre alphabétique se détermine lettre par lettre, sans tenir compte des espaces, traits-d'union, apostrophes, etc. Par exemple, Lalande vient avant L'Allier, Dupras avant Du Pré et La Teja avant Lateon.

•  pour les noms d'organisations qui commencent par un article, on ne tient pas compte de celui-ci.

Exemple de classement de notices

The Kahn Academy. (2020, 12 mai). Khan Academy best practices ...

Karloff, B. et Kaufman, J. R. (2014). A new method ...

Kaufman, J. R. (s.d.). About a ...

Kaufman, J. R. (2015a). The control ...

Kaufman, J. R. (2015b). Roles of ...

Kaufman, J. R. (sous presse). New method of ...

Kaufman, J. R., Jones, K. et Cochran, D. F. (2010). An ...

Kaufman, J. R. et Karloff, B. (2011). A method ...

Kaufman, J. R. et Karloff, B. (2013). An improved method ...

Kaufman, J. R., Wong, D. F. et Palmer, F. (2004). Absolute ...

Kaufman, J. S. et Ashton, B. (2000). The determination ...

[L'ordre des notices suivantes illustre les règles pour les noms de famille]

Kays, H. W. (1988). Comparison ...

Kays, H. W. (2009). Comparison of ...

Kays-Brown, D. C. (2008). The effect of ...

Kayser, A. W. (2008). Characterization of ...

[ début ]

Mise à jour : 19 juin 2021